Résistance au glissement chaussure de sécurité

Comment la résistance au glissement des chaussures de sécurité est-elle mesurée ?

Dans un article précédent sur les chaussures de sécurité antidérapantes pour femmes, nous avons abordé les normes régissant la résistance au glissement. 

Aujourd’hui, nous approfondissons cette thématique. Nous vous expliquons comment la résistance au glissement des chaussures de sécurité est mesurée.

 

SRA, SRB et SRC : les normes de sécurité de la résistance au glissement

Si vous exercez un métier du secteur du BPT ou dans un autre secteur professionnel, vous avez certainement déjà entendu parler des normes de sécurité SRA, SRB et SRC. 

Toutefois, ces normes de sécurité régissant la résistance au glissement des chaussures de sécurité ont certaines spécificités que vous ne connaissez peut-être pas.

L’apprentissage de ces subtilités pourraient cependant vous être utile au quotidien dans votre travail. Et ce, peu importe si vous travaillez sous la pluie sur des rails, si vous utilisez une machine sur un chantier ou si vous œuvrez dans un entrepôt ou une cuisine.

Statistiques relatives à l’adhérence et à la résistance au glissement des chaussures de sécurité

Pour bien appréhender la thématique de l’adhérence et de la résistance au glissement des chaussures de sécurité, il est nécessaire de s’attarder sur quelques statistiques.

Selon des statistiques officielles, les glissades, les trébuchements et les chutes représentent un tiers de toutes les blessures non mortelles sur le lieu de travail. 

Par ailleurs, les statistiques montrent également que moins de 1% des accidents au travail impliquent des blessures aux pieds ou aux orteils.

Ces chiffres doivent nous faire réfléchir sur l’importance d’utiliser des chaussures de sécurité pourvues d’embouts ou coques de protection, d’une semelle intercalaire et d’une tige rembourrée.

Voici un guide au sujet de la mesure de résistance au glissement des chaussures de sécurité.

Évaluation du glissement et tests d’adhérence

Pour déterminer l’adhérence des chaussures de sécurité, on réalise un test de résistance au glissement. Lorsqu’elles atteignent un niveau spécifique de résistance au glissement sur une surface traitée avec un certain liquide ou contaminant, les chaussures de sécurité se voient attribuer un indice de glissement. De cette manière, on établit une norme d’adhéren ou « coefficient de frottement ».

Tests et notations de la résisance au glissement des chaussures de sécurité

Il existe 3 notations de glissement : SRA, SRB et SRC. Selon les résultats des tests de glissement, les chaussures de sécurité reçoivent :

 

  • Un indice SRA : on attribue cet indice lorsque la chaussure de sécurité répond au niveau de coefficient de frottement sur une surface de carreaux en céramique avec une solution savonneuse.
  • Un indice SRB : on attribue cet indice si la chaussure de sécurité répond au niveau de coefficient de frottement sur une surface en acier avec du glycérol ou de l’huile. Il s’agit d’un test plus rigoureux étant donné que ces liquides sont plus glissants que l’eau.
  • Un indice SRC : on attribue cet indice si la chaussure de sécurité répond aux exigences des tests SRA et SRB. En d’autres termes, lorsqu’une chaussure de sécurité a un indice d’adhérence SRC, elle obtient automatiquement les indices SRA et SRB. Par conséquent, l’indice SRC est l’indice de résistance au glissement des chaussures de sécurité le plus élevé.

Détail des tests :

Test SRA

Le test de résistance au glissement pour la norme SRA a lieu sur une surface en céramique. Lors de celui-ci, la chaussure de sécurité est inclinée selon un angle de 7 degrés. On applique une force de 500 N sur cette chaussure afin d’imiter la pression du pas de la personne. Ensuite, on crée une situation de risque en ajoutant sur le sol en céramique du laurylsulfate de sodium (NaLS), liquide de base d’un détergent.

On réalise ensuite deux mesures. La première mesure concerne la zone du talon vers l’avant. Lors de cette mesure, la norme doit être supérieure ou égale à 0,28. La deuxième mesure concerne le plat de la chaussure vers l’avance. Lors de celle-ci, la norme doit être supérieure ou égale à 0,32.

Test SRB

Le test de résistance au glissement pour la norme SRB a lieu sur une surface en acier. Lors de celui-ci, la chaussure de sécurité est inclinée selon un angle de 7 degrés. On applique une force de 500 N sur cette chaussure afin d’imiter la pression du pas de la personne. Ensuite, on crée une situation de risque en ajoutant sur le sol en acier de la glycérine, liquide dont la viscosité est semblable à celle de l’huile.

On réalise ensuite deux mesures. La première mesure concerne la zone du talon vers l’avant. Lors de cette mesure, la norme doit être supérieure ou égale à 0,13. La deuxième mesure concerne le plat de la chaussure vers l’avance. Lors de celle-ci, la norme doit être supérieure ou égale à 0,18.

Les 3 normes de sécurité de la résistance au glissement des chaussures de sécurité

En fonction des résultats des tests et des indices de résistance, plusieurs normes de sécurité additionnelles sont établies et régissent la résistance au glissement des chaussures de sécurité. En d’autres termes, ces normes stipulent que les modèles de chaussures de sécurité résistent à différents types de glissements ayant lieu sur différents lieux de travail.

Voici une synthèse de ces normes de sécurité spécifiques ou notations ou marquages SRA, SRB et SRC.

La norme de sécurité antidérapante SRC

Cette norme de sécurité indique que la résistance au glissement des chaussures de sécurité est obtenue via des semelles adhérentes. Celles-ci empêchent les glissements sur des sols en céramique où gisent du détergent et de l’eau.

La norme de sécurité antidérapante SRB

Cette norme de sécurité indique que la résistance au glissement des chaussures de sécurité est obtenue via des semelles adhérentes. Celles-ci empêchent les glissements sur des sols métalliques où gisent du détergent, de l’eau ou de la glycérine.

La norme de sécurité antidérapante SRC

Cette norme de sécurité indique que la résistance au glissement des chaussures de sécurité est obtenue via des semelles adhérentes. Celles-ci empêchent les glissements sur des sols en céramique ou métalliques où gisent du détergent, de l’eau ou de la glycérine.

Conclusion :

Dans quels milieux professionnels la résistance au glissement des chaussures de sécurité est-elle utile ?

Si vous travaillez dans des endroits humides ou mouillés, des chaussures de sécurité résistants au glissement, conformes aux normes précédemment expliquées, seront nécessaires pour éviter des chutes dues aux glissements sur les surfaces en acier ou en céramique humides. D’autre part, si votre travail est réalisé dans un contexte avec des surfaces huileuses, glissantes, graisseuses ou recouvertes de nourriture sur le sol, il existe également un risque de chutes ou de glissades.

Les normes de résistance au glissement des chaussures de sécurité ne conviennent cependant pas à tous les métiers. En effet, ces normes de sécurité ne seront pas utiles dans un lieu de travail où les surfaces ne sont ni en céramique, ni en acier. D’autre part, ces normes de sécurité permettent de garantir la résistance sur des sols lisses (en acier ou en céramique). Toutefois, pour évaluer la résistance au glissement des chaussures de sécurité, rien ne vaut un test sur le terrain du lieu de travail.