Danger course a pied

Course à pied : impact sur vos pieds et comment les protéger

La pratique sportive de la course à pied a un impact sur les pieds des coureurs. Elle engendre en effet des blessures fréquentes.

Généralement, celles-ci sont le résultat d’un entraînement physique trop intensif, de chaussures inadaptées ou de mauvais mouvements durant la course.

Nous vous proposons ici un classement des blessures les plus courantes relatives à la course à pied. Nous vous exposons en outre plusieurs solutions pour vous protéger si vous êtes un féru de cette activité sportive.

Classement des blessures de course à pied les plus courantes

Problème course a pied

Lors de la pratique d’une activité physique telle que la course à pied, il est impératif de suivre plusieurs règles. Dans un premier temps, il est judicieux d’accorder une certaine importance aux signes et symptômes de notre corps durant la course.

En effet, le running est un sport exigeant requérant un bon niveau d’endurance et de résistance physique. Ainsi, durant la course à pied, à chaque enjambée, le coureur ressent un impact :

  • aux pieds ;
  • au dos ;
  • et aux genoux.

Par conséquent, il est essentiel d’observer toutes les douleurs ressenties. En effet, ces troubles et gênes peuvent conduire à des complications si nous les ignorons.

À la suite, nous vous proposons notre classement des blessures et impacts ressentis lors de la course à pied. Nous accompagnons chacune de nos descriptions d’une solution afin de remédier au problème évoqué.  

Les 10 blessures les plus courantes survenant durant la course à pied

Douleur pied sport

1. Les crampes

Lors de la consommation d’une alimentation à l’acidité trop élevée, les runners ou coureurs peuvent souffrir de crampes. Ce type de nutrition augmentera en outre la fréquence de ces crampes.

Celles-ci seront responsables de douleurs aigües à hauteur de la cage thoracique, généralement à gauche.

Solutions contre les crampes du coureur :

Dans un premier temps, afin de réduire la probabilité de souffrir de crampes, vous penserez à bien vous hydrater avant votre course. Vous veillerez également à bien réaliser votre échauffement- Durant la course, si des crampes surviennent, vous réduirez tout d’abord votre rythme.

Ensuite, réalisez de profondes inspirations et expirations par la bouche. Vous pouvez également appuyer légèrement sur la zone de la crampe durant votre course.

Sur le plan nutritif, vous privilégierez une alimentation équilibrée. Vous pouvez également consommer des eaux riches en sodium ou des suppléments de sodium ou électrolytes pour combler toute carence de sodium et sels minéraux due à la sueur.

Un sommeil de qualité est également un atout afin d’éviter toute apparition de crampes musculaires.

2. Les ampoules

Petites poches molles de peau surélevée remplie de liquide translucide, les ampoules sont la conséquence d’un frottement entre la peau du pied et l’espace intérieur de la chaussure. Elles peuvent également être le résultat d’une humidité excessive.

Solutions contre les ampoules :

Dans un premier temps, il est préférable de laisser l’ampoule éclater par elle-même. On évitera donc de la percer. Pour éviter la formation d’une ampoule, on veillera à utiliser de bonnes chaussures de sport avec la bonne taille. En effet, durant la course, vos pieds gonflent. Vous choisirez donc une chaussure avec une demi-pointe supplémentaire.

Ensuite, vous pouvez couvrir l’ampoule avec un pansement le temps qu’elle éclate naturellement. On appliquera ensuite une pommade antiseptique. 

4. Les entorses à la cheville

Lors de la course à pied, il est très facile de se tordre la cheville lorsque l’on ne fait pas attention où l’on met les pieds. Les coureurs sont souvent confrontés aux entorses car les sols peuvent être inégaux.

Les premiers symptômes d’une entorse sont un gonflement de la cheville et une douleur intense au-dessus et dans la zone de celle-ci.

Solutions lors d’une entorse :

Si on souffre d’une entorse durant la course à pied, il faudra absolument cesser de courir. Ensuite, on veillera à appliquer de la glace afin de permettre la réduction de l’enflure. Il est préférable également de consulter un médecin ou un physiothérapeute qui choisira le traitement adéquat permettant une guérison complète.

5. La tendinopathie

Ample bande de tissus reliant les mollets à la partie postérieure du mollet et à l’os du talon, le tendon d’Achille peut s’irriter ou s’enflammer. Nommé tendinopathie, ce problème physique est responsable de douleurs au talon et au mollet.

Solutions face à une tendinopathie :

Ayant souvent lieu lors d’une course intense, une tendinopathie se développe progressivement. Si vous souffrez d’une telle blessure, vous pratiquerez dans un premier temps des étirements. Ceux-ci peuvent être réalisés avant et après la course.

Il est également judicieux d’adapter votre entraînement et de réaliser des exercices progressifs. Vous veillerez aussi au renforcement musculaire de vos mollets. Enfin, une consultation médicale vous permettra d’éviter un déchirement plus grave du tendon d’Achille. 

6. La fasciite plantaire

La fasciite plantaire, également dénommée aponévrosite, est un des principaux troubles affectant les pieds des coureurs de longue distance. Inflammation se devant au mouvement intense du pied, la fasciite plantaire survient principalement lors d’un sport incluant des sauts, des impulsions ou un impact important sur le pied.

Une fasciite plantaire se doit également à :

  • Un excès de pronation ;
  • des pieds plats ;
  • une tension des muscles des mollets ;
  • des chaussures de sport inadéquates.

Solutions face à une fasciite plantaire :

Pour le traitement d’une fasciite plantaire, on pourra utiliser des chaussures aux caractéristiques amortissantes. Le coureur pourra également prendre des antalgiques ou anti-inflammatoires. Il est également préférable d’appliquer de la glace sur la zone de l’aponévrosite. D’autres solutions existent telles que les infiltrations de corticoïdes ou les ondes de chocs. 

7. Les fractures dues au stress

Durant la course à pied, le pied du coureur subit une succession d’impacts potentiellement responsables de fissures sur la partie supérieure des os du pied. Ce type de fractures se doit principalement à l’intensité et à la rapidité importante de la course. 

Solutions en cas de symptômes d’une fracture :

Si vous constatez des symptômes d’une fracture due au stress, il convient d’arrêter votre course. La consultation d’un médecin est alors impérative.

8. La périostite tibiale

Ressentie tout au long de la zone antérieure de la jambe ou à l’intérieure dans la zone postérieure à l’os, la périostite tibiale survient en cas de trop forte tension des muscles du mollet. D’autre part, si ces mollets sont trop faibles, cela augmente les chances de souffrir d’un pareil trouble durant la course à pied.

Ce type de blessure peut être le résultat d’une course sur des surfaces trop dures ou de l’utilisation de chaussures de sport inadéquates. Toutefois, la périostite tibiale se doit bien souvent à une mauvaise technique de course.

Solutions en cas de périostite tibiale :

Lors d’une périostite tibiale, il convient d’abord d’appliquer des compresses froides sur la zone endolorie durant 15 minutes suite à la course. Il faudra répéter cette opération toutes les 4 heures. Outre le repos, la consultation d’un spécialiste est également recommandée.

9. Le genou du coureur

Le genou du coureur, également dénommé douleur patello-fémorale, provoque une douleur dans la zone autour et postérieure au genou.

Parmi les causes de ce trouble, on trouve :

  • un déséquilibre musculaire entre le quadriceps et les muscles ischio-jambiers ;
  • une hyperpronation, à savoir les pieds se tournant vers l’intérieur ou les pieds plats.

Solutions en cas du genou du coureur :

Si ce trouble survient durant la course à pied, il faut arrêter de courir tout de suite. Ensuite, outre la consultation d’un médecin, il faudra penser à renforcer vos muscles pour le soutien de vos genoux. Vous veillerez également à pratiquer des étirements.

10. Le syndrome de l’essuie-glace

Le tractus ilio-tibial (STIT) ou syndrome de la bandelette iliotibiale, également appelé syndrome de l’essuie-glace, engendre une sensation de brûlure importante sur le côté latéral du genou. Cette douleur peut également survenir dans la zone des hanches.

Située dans la zone externe de la cuisse, la bandelette iliotibiale garantit la stabilité des genoux et des hanches durant la course à pied.

Cette blessure peut être causée par :

  • un entraînement trop intensif ;
  • un manque d’échauffement et d’étirements ;
  • un déséquilibre dans la zone du bassin ;
  • une faiblesse des muscles stabilisateurs.

Solutions en cas de syndrome de l’essuie-glace :

Il faudra tout d’abord se faire évaluer par un spécialiste. Ensuite, il est fortement recommandé de reposer ses muscles.

Quelques conseils pour éviter les blessures de course à pied

Conseil douleur pieds

Dans cette section, nous vous proposons quelques recommandations à prendre en compte afin d’éviter toute blessure lors de la course.

Dans un premier temps, si vous êtes un novice de la course à pied, pensez à alterner vos efforts. Vous pourrez par exemple combiner la course et une marche plus soutenue.

D’autre part, n’oubliez pas de réaliser un échauffement avant la course. Vous pourrez également faire des exercices pour renforcer votre équilibre.

Ensuite, veillez à bien choisir votre paire de chaussures de sport. Optez pour des chaussures neuves convenant parfaitement à vos pieds.

Enfin, en cas de blessures, réduisez vos efforts durant l’entraînement et utilisez des compresses d’eau froide sur les zones endolories.

Vous êtes à la recherche de chaussures de travail légères?

Découvrez toutes les chaussures de sécurité Lockfeet® qui allient style confort et légèreté!
Offre

Conclusion :

Dans cet article, nous avons élaboré un classement des blessures et problèmes survenant couramment lors de la course à pied. D’autre part, nos solutions vous donnent une piste en cas de problèmes. Cependant, si vous souffrez d’une blessure sévère lors de la pratique de cette activité physique, nous vous recommandons de consulter un spécialiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *