Rebecca-aldama / Unsplash

Quelles sont les spécificités des chaussures de sécurité garde forestier ?

Les travaux forestiers intègrent les professions relatives à la sylviculture. Cette dernière est l’ensemble des activités et techniques de gestion et de valorisation d’une forêt ou d’un bois. Considérés comme des métiers à risques importants, ils impliquent, vous vous en douterez, l’utilisation de chaussures de sécurité spécifiques. Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’un des métiers de la sylviculture : garde forestier, également dénommé agent sylviculteur ou agent technique forestier. Nous vous expliquerons en outre les caractéristiques auxquelles vous devez faire attention lors du choix de chaussures de sécurité garde forestier.

Pourquoi des chaussures de sécurité garde forestier optimales sont essentielles

Chargé de la mise en valeur d’une surface forestière, le garde forestier participe à l’ensemble des missions de techniques forestières et d’aménagement du milieu naturel dont il s’occupe. Dans ce contexte, tout comme pour beaucoup d’autres travaux forestiers, il est confronté à plusieurs risques.

Un garde forestier peut, par exemple, être amené à préparer ou réparer des sols, à reboiser ou encore à réaliser des plantations. Il transporte également des éléments. Toutes ces situations mettent ses pieds à l’épreuve. Par ailleurs, il réalise plusieurs activités avec ou sans outils, comportant chacune des risques au niveau des pieds.

 

C’est la raison pour laquelle il est essentiel que le garde forestier utilise les chaussures de sécurité garde forestier adéquates.

Voici les risques les plus importants auxquels les gardes-forestiers sont confrontés au niveau des pieds :

·         Le risque de chutes

Au sein des espaces naturels d’une forêt, un garde forestier peut être confronté à des chutes d’objets au poids relativement important. Il doit donc choisir des chaussures de sécurité garde forestier solides.

Toutes les chaussures de sécurité sont normées avec la norme de base EN ISI 20345. Cette norme comprend la norme générale SB. Celle-ci inclut obligatoirement un embout de protection au-dessus des orteils. Également dénommé coque de protection, l’embout protège le pied du travailleur de chutes d’objets allant jusqu’à 200 joules. 200 joules équivaut à la chute d‘objets de 20 kg tombant d’un mètre de hauteur.

Un embout de protection peut être constitué de matériaux métalliques ou encore de matériaux composites tels que le polycarbonate, la fibre de verre et la fibre de carbone.

·         Le risque de glissement ou glissade

Parallèlement au risque de chute d’objet, le garde forestier est confronté à d’autres dangers. Parmi ceux-ci, il peut être victime de glissade ou glissement. L’environnement de travail, sec mais également humide, dans lequel il évolue favorise la survenue de ce type de risques.

Dans ce cas, le garde forestier devra opter pour une chaussure de sécurité pourvue d’une semelle externe résistante aux glissements ou glissades. C’est le cas des chaussures de sécurité régie par la norme chaussure de sécurité SB. Celle-ci comprend en effet une semelle externe dite semelle d’usure anti-dérapante.

·         Le risque de perforations

En général, la sylviculture inclut de nombreux risques de perforation de la semelle de chaussure de sécurité. Cela se doit principalement à la configuration irrégulière du terrain en forêt. Par ailleurs, un travailleur forestier pourra également être susceptible de marcher sur un objet pointu.

Là encore, les chaussures de sécurité garde forestier de base sont généralement équipées d’une semelle anti-perforation P. Celle-ci permet d’assurer la protection du pied face à une force de pénétration allant jusqu’à 1.100 Newton. Avant de nous intéresser plus en détail aux normes chaussure de sécurité garde forestier, sachez déjà que les normes chaussures de sécurité S1P, S3 et S5 comprennent toutes obligatoirement une semelle anti-perforation P.

·         Le risque de coupure et déchirure

Tout comme les bucherons, les gardes forestiers peuvent être amenés à utiliser une hache, une scie ou une tronçonneuse pour des travaux en forêt. Ce type d’outils se manipule souvent à hauteur du pied d’appui. Dans ce cas, la protection de la coque de protection n’est pas suffisante. En effet, il est nécessaire de protéger la partie des métatarses et le reste du pied.

Il faudra bien entendu veiller à choisir des chaussures de sécurité résistantes face aux déchirures. Ici aussi, la norme de sécurité SB fera l’affaire car elle garantit la présence de matériaux de conception résistants aux déchirements.

Toutefois, il existe une norme spécifique pour les chaussures de sécurité bucherons : la norme EN ISO 17249. Celle-ci garantit que la chaussure de sécurité est résistante aux coupures de scie à la chaîne.

Les normes chaussures de sécurité garde forestier

Maintenant que nous avons évoqué les risques du métier de garde forestier, intéressons-nous aux normes chaussure de sécurité garde forestier.

Avant toute chose, il est judicieux de choisir un modèle haut de chaussures de sécurité lors de travaux forestiers. En effet, celui-ci garantit une protection optimale de la totalité du pied. Étant donné que la hauteur du modèle, il faudra privilégier des matériaux de conception flexibles afin que le pied ait une bonne amplitude de mouvement.

Chaussures de sécurité garde forestier : deux normes principales

Dans un premier temps, sachez que la norme chaussure de sécurité de base SB convient aux différentes tâches en forêt. En effet, celle-ci inclut la présence de matériaux de conception résistant à l’abrasion, aux déchirements et à l’humidité. Elle garantit également que les chaussures de sécurité sont pourvues d’une coque de protection aux caractéristiques évoquées ci-dessus. Enfin, la norme de sécurité SB garantit que la chaussure de sécurité est équipée d’une semelle résistante aux glissements ou glissades.

Toutefois, deux normes chaussure de sécurité sont parfaitement et spécifiquement adaptées aux travaux forestiers : la norme chaussure de sécurité S2 et la norme de sécurité S3. D’un point de vue général, ces deux normes de sécurité conviennent pour un environnement de travail sec mais aussi humide.

La norme chaussure de sécurité S2

La norme chaussure de sécurité S2 est une norme qui convient partiellement pour les travaux forestiers. Fermées à l’arrière, ces chaussures de sécurité sont régies par la norme de sécurité générale SB et par les marquages A, FO, E et WRU. Il s’agit donc de chaussures de sécurité antistatiques, absorbant les chocs talonniers, résistantes aux hydrocarbures et équipées d’une tige hydrofuge.

La norme chaussure de sécurité S3 n’inclut toutefois par la présence d’une semelle anti-perforation P. Par conséquent, elle ne permet pas de garantir une protection optimale contre les risques de perforation.

La norme chaussure de sécurité S3

La norme chaussure de sécurité S3 est véritablement la norme idéale pour le métier de garde forestier. Convenant pour un travail en milieu humide, fermées à l’arrière, cette norme inclut la norme chaussure de sécurité S2 et le marquage classique P indiquant la présence d’une semelle anti-perforation. Des chaussures de sécurité S3 sont antistatiques, absorbent les chocs talonniers, résistent aux hydrocarbures et protègent contre les risques de perforation.

S3 est donc une norme chaussure de sécurité convenant parfaitement pour le métier de garde forestier, de paysagiste ou pour tout autre travail en extérieur.  

Conclusion

Le métier de garde forestier comprend différents risques pour les pieds des travailleurs. Cela se doit principalement à la configuration dénivelée d’une forêt, à son climat et à l’utilisation d’outils. Parmi les normes chaussures de sécurité en vigueur, S3 apparaît la norme la mieux adaptée aux différentes tâches de cette profession.

Ceci est le header

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.